La Le Boom Des Escroqueries Au Emprunt

La Le Boom Des Escroqueries Au Emprunt

Depuis l'arrivée du financement participatif en France, un nouveau mode d'escroquerie s'est développé sur la toile via les réseaux sociaux et sur les boites mails : de fausses annonces de prêts en ligne accordés en 24H, sans aucun apport, avec 0 garanties et par des gens qui prétendent être des investisseurs en recherche de placements. Nous parlons évidemment d'une arnaque, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites permet d'imaginer l'étendue du phénomène. Conséquence: un grand nombre de particuliers se sont fait dérobés à cause cette arnaque.

Un mode opératoire bien ficelé

Faire croire à une promesse de crédit rapide

L'arnaque au crédit prend toujours l'aspect d'un script plus ou moins crédible. Du point de vue de notre escroc, cette phase est essentielle parce qu'il sent que la réussite de son coup est en partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. Quand il veut appâter le plus grand nombre de victimes possibles, il rédige et publie une fausse annonce sur des plateformes à large fréquentation comme Twitter ou Facebook. Certains posts populaires ne modèrent pas assez les pages de discussion accessibles par tout le monde, ce qui devient alors un endroit privilégié des escrocs.

Pour faire simple, l'escroc se présente en tant que personne qui dispose d'une forte somme d'argent qu'elle souhaiterait faire fructifier en distribuant des prêts avec un taux d'intérêt très faible. Parfois, il prend l'identité d'un retraité rentier désirant s'affranchir de la Banque et donner ainsi l'image d'une personne noble qui aspire à tirer tout le monde vers le haut. Cette stratégie va permettre une chose : profiter du désarroi financier des gens crédules en essayant de leur faire comprendre qu'un prêt est encore possible, même sans conditions de ressources. Il se dit prêt à leur octroyer un financement, même s'ils sont déjà endettés. Une fois le dossier accepté, le faux prêteur promet d'envoyer l'argent sous72h avec des mensualités qui peuvent s'étaler jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il est évident pour la plupart d'entre nous que des offres de ce type semblent peu probables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent tomber dans le piège du fait de cette promesse de prêt rapide qui les attire.

Envoyer des gages de sérieux et de confiance

Sur internet, tout le monde peut inventer une identité avec un peu d'imagination. C'est de cette manière qu'opèrent les arnaqueurs au crédit qui créent de toute pièce un personnage inventé qui saura coller avec leur scénario. D'abord, ils s'efforcent à donner une identité française à ce faux profil. On évite donc les noms ou prénoms exotiques qui auraient tendance à faire fuir certains. La cible doit avoir le sentiment que le prêteur habite aux alentours. Dans un scénario bien structuré, notre escroc peut se transformer en une personne âgée ou jeune retraitée. Les plus malins vont jusqu'à demander les fiches de paie à sa victime, d'autres lui demandent de répondre à une série de questions sur sa vie professionnelle. Pour hausser encore plus sa crédibilité, notre escroc ira jusqu'à créer un grand nombre de faux profils qu'il contrôlera pour poster de fausses recommandations dont le but sera de vanter le sérieux de l'annonce.

Donner suite à toutes les sollicitations

Dès que la victime est persuadée du sérieux de son interlocuteur, l'escroc peut directement passer aux choses sérieuses. Il explique qu'il donnera suite à sa demande de d'emprunt, mais requiert en retour le versement de certains frais par mandat pour valider le dossier. Ces frais peuvent monter jusqu'à plusieurs centaines d'euros et sont demandés pour compenser le temps passé par l'investisseur à étudier la demande. Les frais divers sont, d'après lui, obligatoires pour débloquer le crédit. Si la victime se plie à cette condition, notre faux prêteur lui exigera ensuite de s'acquitter d'une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Bien évidemment, le demandeur n'obtiendra rien du tout et notre faux prêteur retirera l'argent avant de se volatiliser.


De quelle façon lutter contre de telles escroqueries ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour proposer un emprunt et le crédit Attention aux fausses offres de crédit rapide sur les réseaux sociaux particuliers reste un secteur réglementé. Si une personne ou une organisation fait la promotion de services bancaires par le net, le site est dans l'obligation de publier ses mentions légales et ses CGV. Pour être reconnu en tant que de société de prêt, tout organisme se doit d'être en possession d'un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. Tout site de prêt entre particuliers doit nécessairement afficher ces agréments, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une tentative d'escroquerie.

Ensuite, il faut garder à l'esprit que les délais d'obtention d'un crédit sont assez longs et qu'il faut (environ) 2 semaines avant l'obtention des fonds sur son compte bancaire. Même si un particulier avait de l'argent à placer de cette façon, il étudierait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de sélectionner les plus solides.
En temps normal, un établissement financier n'accorderait en rien un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur fiché à la Banque de France pour impayés.